Quoi ! Vous n'êtes pas connecté ! Mais c'est fou, ça, oh, eh.
» Vite ! Je veux m'inscire !
» Vite Vite ! Je veux m'identifier !
Les derniers commentaires >
s'ils l'ont dit, c'est q'c'est vrai

Membres connectés
Bah... Personne!
Fl'URSS des articles
Contact
Besoin d'un crédit ? Je peux pas vous aider. En revanche, pour toute remarque ou preuve d'affection, vous pouvez me contacter via mbfcs2 arobase hotmail point com. Love. (sinon y a aussi via michelin, mais là c'est pas super drôle)
-
Icones :
famfamfam
Trees :
~getfirefox






Articles

Top Albums 2011

Une nouvelle année qui commence, c'est toujours l'occasion de faire le bilan de celle qui se termine. Et même si je ne l'avais pas fait l'an dernier, il est temps de reprendre cette habitude. Bien loin d'avoir écouté (ni goûté) tout ce qui a pu sortir cette année, ce top album 2011 n'est bien sur qu'une image de mon année musicale. Je suis bien incapable de vous dire que j'ai adoré une cinquantaine de nouveaux albums, surtout quand je pense en avoir écouté réellement moins... Il n'empêche que cette petite sélection retrace assez fidèlement l’éclectisme de ma bande son de cette année.

Dans cette sélection, certains noms attendus se font absent devant la déception de leurs albums (The Subways, White Lies), d'autres tiennent leur rang, et encore une fois mon classement se retourne vers les mêmes noms. Quand même, bon nombre d'albums se sont écartés de la veine rock ou simplement pêchues pour s'orienter vers des sons plus tranquilles (entrez ici Metronomy). La hype a décidément du mal à faire sa place ici, plusieurs tentatives ne m'auront pas permis de fondre pour The Vaccines, de m'enthousiasmer pour l'électro de Battles, de trouver enfin au folk mou du charme ni même de supporter plus de trente secondes Wu Lyf.

Réaliser un classement sur une année qui vient de s'écouler implique forcément que de nombreux albums ont été zappés ou tout simplement pas encore digérés. D'autres auraient mérité de nouvelles écoutes, dans un autre contexte. Nombreux sont ceux que j'ai découvert lors de l'élaboration d'un classement commun dirigé par Gary et son Ocean Of Noise : la fin d'année a été intense en découvertes, en tentatives vaines aussi, et le temps s'est fait court pour se laisser prendre par ces disques. Il a quand même été suffisamment long pour en faire entrer quelques uns...

Oui alors bon le classement

Dans une première partie du classement, on retrouve par exemple l'album de Girls Father, Son, Holy Ghost (14e) qui vaut particulièrement pour le titre Vomit, mais aussi une escapade (gentiment) hip-hop avec l'alum Undun de The Roots (15e), bien aidé par la mise en avant de Denis (qui lui peut faire un Top 50). La blonde Anglaise Laura Marling aura enfin réussi à me séduire avec son troisième album A Creature I Don't Know (13e) : son folk est rondement servi, très mélodique, et remporte tout sur des titres comme The Beast ou Night After Night. Dans un style bien plus conforme à mes habitudes, Colour Of The Trap de Miles Kane prend la 12e place, grâce à de nombreux titres en forme d'hymnes, peut-être un peu faciles, mais vraiment efficaces à l'image de Rearrange ou Come Closer. Enfin, cette première partie de classement est conclue par le troisième album d'Elista, L'Amour, La Guerre et L'Imbécile (11e), qui laisse une sensation bi-goût, à la fois réussi et inattendu, capable de poser de très bon titres (Le Royaume des Cieux) et d'excellents textes, mais quelque fois un peu trop mielleux.

10
Ladytron
Gravity The Seducer

Premier album de ce Top 10, Gravity The Seducer est le cinquième album studio des Anglais de Ladytron. Après avoir clos dix années d'activité par un Best Of plus tôt dans l'année, le quatuor revient avec les recettes habituelles d'une synth-pop maitrisée, entre gros titres plein de synthés qui tâchent (Ace Of Hz, Mirage) et titres plus aériens (Ambulance, 90 Degrees). D'une façon générale plus éthéré, Ladytron livre ici, sans se répéter, un album plus posé, vraie vitrine de l'étendue de leur talent.
> La chronique de Gravity The Seducer


9
Veronica Falls
Veronica Falls

Découvert sur le tard, l'album éponyme de Veronica Falls réussit le tour de force de combiner une sorte de nonchalance dans le chant (Found Love In A Graveyeard) et une forte présence mélodique. On retrouve un côté Pixies dans les riffs lancinants et certaines parties répétées à l'envie (Beachy Head), mais toujours enrobés dans un doux velours de voix et de choeurs. Et pour me faire apprécier un album de ce genre, sans riffs ravageurs, il fallait au moins sortir un album de cette trempe.



8
IAMX
Volatile Times

Certes, la présence d'IAMX dans cette dernière partie du classement relève sans doute plus de mon goût immodéré pour les productions à tendance New-Wave, ou encore par ma passion envers cet artiste et ses projets précédents. C'est que Volatile Times, le quatrième album de Chris Corner sous la banderole IAMX, est forcément un brin putassier. Les ficelles sont énormes, on est parfois proche du vulgaire mais l'album surprend à tenter d'offrir de nouvelles choses moins faciles. Mais la moelle épinière d'IAMX y est encore énorme sur des titres comme Music People ou le single Ghosts Of Utopia.

7
Cold War Kids
Mine Is Yours

Que sont devenus les interprètes des géniaux We Used To Vacation et Hung Me Up To Dry ? 2011 nous a apporté la réponse avec le troisième album des Californiens de Cold War Kids : si la verve est toujours la même, leur rock est devenu encore plus blues (Royal Blue, Cold Toes), encore plus pop aussi sur des titres vraiment séduisants (Finally Begin). Pourtant loin d'être mauvais, Mine Is Yours a été plutôt boudé à sa sortie, peut-être parce que les Cold War Kids peinent à trouver le petit plus pour réaliser un album parfait. Cet album a pourtant plus d'un bon tour dans son sac pour plaire, d'autant plus que les Cold War Kids proposent une musique vraiment unique.
> La chronique de Mine Is Yours

6
Cults
Cults

S'il fallait résumer mon année 2011 à son visage "pop-mignonne" (celle qu'on aime qualifier de "fraiche"), Cults en serait la principale illustration. La voix enfantine de Madeline Follin calquée sur des mélodies fluettes, c'est que ça serait presque trop mignon pour vraiment être crédible. Au détail près que Cults sait en faire un atout indéniable ; les chansons vont à l'essentiel et sont débarrassées de fioritures, si bien que l'album Cults en devient une bulle pop tout à fait séduisante qui sait nous embarquer dans son univers aérien. Sans compter que l'album regorge de titres explosifs (l'ouverture Abducted est une des meilleures de l'année).

5
The Black Keys
El Camino

Si l'album des Black Keys ne se trouve qu'en cinquième position, c'est sans doute du à sa parution tardive (début décembre). Car El Camino a tout d'un excellent album. Produit par Danger Mouse, celui-là même qui produit le single Tighten Up sur le précédent album Brothers, El Camino emprunte le même chemin (oui c'était facile) où nombreux sont les titres irrésistibles (Run Right Back), rapides, entrainants (Lonely Boy), même quand il s'agit de calmer le jeu (Little Black Submarines). Le tout est d'ailleurs plié en moins de quarante minutes, mais elles sont tellement intenses qu'elles sont justifiées.

4
Kasabian
Velociraptor!

Difficile de ne pas prendre en compte une quelconque attitude de fan dans le jugement d'un album de Kasabian. Partons juste du principe que cet album, indépendamment de ses interprètes, a su me séduire assez pour ne pas entraver mon amour de ce groupe, ni même ranger le disque après deux jours d'écoutes. Avec Velociraptor!, Kasabian s'offre un voyage psyché-rock, encore plus pop que sur les albums précédents, plus mélodique aussi, et sans doute plus sérieux. Parce que cet album sait allier les titres charmeurs et quelques restes du Kasabian des débuts, énervé et jouissif, Velociraptor! s'usurpe objectivement pas sa position.
> La chronique de Velociraptor!

3
PJ Harvey
Let England Shake

Ma relation avec PJ Harvey n'est pas franchement naturelle. Son univers m'a toujours paru trop brut, trop rock voire trop barré pour m'attirer vraiment. Il aura fallu que de nombreux classements encensent Let England Shake pour que j'y jette une oreille curieuse, histoire de. Une bonne idée tant cet album est loin de ce que j'aurais pu attendre de la part de la chanteuse. L'effet de surprise est peut-être pour quelque chose dans cette position, mais le charme de Let England Shake m'a réellement conquis, tant les compositions sont emballantes et magnifiquement progressives. Il y a toujours quelque chose qu'on n'attend pas et qui finit par nous rattraper, cet effet d'inertie dans les chansons qui font qu'on a bien du mal à se ne pas se faire avoir.

2
Noel Gallagher's High Flying Birds
Noel Gallagher's High Flying Birds

Que cet album de Noel Gallagher semble facile... A l'écouter, on entend toutes les compositions qu'il a pu réaliser pour Oasis, et plus loin encore, un pan particulièrement parfait de brit-pop. Voilà pourquoi cet album qui n'est en rien révolutionnaire se trouve si bien placé : Noel Gallagher nous abreuve de pépites pop parfaites, qu'on semblerait presque déjà connaitre, mais auxquelles on re-goûte volontiers. Le single The Death Of You And Me en est un parfait exemple. On ne sait pas combien de temps cet artifice fonctionnera encore... En attendant, même si cet album ne surprend pas, on peut se réjouir qu'il soit bien réalisé.

1
Gotye
Making Mirrors

Le grand gagnant de cette année est donc Belge. Lorsque j'ai appris que Gotye publiait un successeur à l'excellent Like Drawing Blood, j'ai espéré qu'il soit du même acabit. Making Mirrors propose plus que ça : il confirme le talent de Gotye et sa capacité à explorer de nombreux univers sans jamais se perdre. Making Mirrors est d'un tel éclectisme qu'il oscille entre la parfaite chanson pop (Somebody That I Used To Know avec Kimbra) et les tripatouillages musicaux (State Of The Art). Gotye est un génial touche-à-tout qui aime jouer des machines pour apporter un son spécial. Ces compositions sont des étranges patchworks qui ont le bon goût de ne jamais trop en faire, apportant juste une touche spéciale, telle une marque de fabrique imperceptible mais inratable. Placer en première position Making Mirrors est peut-être une manière détournée de couronner l'artiste plus que l'album, mais puisque l'album est à l'image de l'artiste, il semble que ce choix soit le plus logique.
> La chronique de Making Mirrors

Musique Didjé

Et pour illustrer ce top et un peu plus, et devant mon incapacité à proposer un top singles, voici une playlist en forme de compilation. On y retrouve principalement des titres des albums du Top 10, et s'il avait fallu choisir un titre cette année, le match aurait été serré entre Noel Gallagher et Gotye.

Noel Gallagher's High Flying Birds - The Death Of You And Me
Gotye feat. Kimbra - Somebody That I Used To Know
The Black Keys - Run Right Back
Elista - L'Amour, La Guerre et L'Imbécile
Kasabian - La Fée Verte
Miles Kane - Rearrange
We Are She - Disco Phantom
Tahiti 80 - Darlin'
Cults - Bad Things
PJ Harvey - The Glorious Land
Girls - Vomit
Cold War Kids - Cold Toes
IAMX - Music People
Veronica Falls - Found Love In A Graveyeard
Écrit par mbfcs2 | Publié le 08 janvier 2012


Commentaires battus
Posté par LoKis, le 08.01.2012 à 23:54 [#1]
Juste pour dire que Gotye ça passe sur RTL2 ^^
Posté par mbfcs2, le 09.01.2012 à 07:34 [#2]
Mais c'est de 2011 pourtant !
Posté par Kev', le 09.01.2012 à 16:40 [#3]
Mais c'est Little Black Submarines la mieux des Black Keys d'abord !
Posté par mr.suaudeau, le 13.01.2012 à 00:23 [#4]
"plusieurs tentatives ne m'auront pas permis de fondre pour The Vaccines, de m'enthousiasmer pour l'électro de Battles, de trouver enfin au folk mou du charme ni même de supporter plus de trente secondes Wu Lyf."
Je kiffe.
Un bien joli top ma foi. Bravo.
Répète encore que tu aimes le 3ème album de Leroy Merlin et que tes préférées sont The Beast et Night After Night?
Posté par mbfcs2, le 13.01.2012 à 08:01 [#5]
En fait de l'album de Laura Marling, je crois qu'il n'y a que I Was Just A Card, avec ses aigus improbables, que j'aime vraiment pas. Après, pour moi bien sur, ça alterne entre très bon (j'adore The Beast et Night After Night) et le moyen-plus (des chansons sympas mais pas à se gratter le cul au crépi)
Posté par mr.suaudeau, le 13.01.2012 à 12:24 [#6]
Je trouve pas les aigus si improbables dans I was just a card, au contraire de ceux sur All My Rage. Là j'ai tout de suite dit "stop!". Sinon tout pareil. Ça me fait bizarre de me dire que je l'aime pas plus que toi cet album. Ou plutôt que tu l'aimes autant que moi.
Posté par -Twist-, le 17.01.2012 à 00:35 [#7]
Rah même sur qqs singles les Vaccines? Post break-up sex, au-delà de la véracité de ses paroles (j'en parle parce que bon, ca a été ma came pourrie en 2011), c'est super efficace. Non?
Et Battles, même pas le côté moins expérimental?
Veronica Falls, quand j'ai lu les chroniques, je me suis dit que j'allais adorer. Et je crois que j'ai pas réussi à passer la moitié de l'album. Pas que ca soit mauvais hein ou indigeste, mais je lui trouve un manque flagrant de mélodies. Mais bon, faudrait que je réessaie.

Le Cults aussi j'ai bien aimé, bien efficace donc son genre. Une bonne partie du Noel Gallagher. Et puis le Ladytron a quelques titres magnifiques ouais.

(Nouvel album d'Elista à écouter donc: je pensais qu'ils n'existaient plus)

Le bisou!
Posté par mbfcs2, le 17.01.2012 à 13:44 [#8]
Je crois que l'album des Vaccines m'a déçu, j'ai bien aimé Post Break-Up Sex, mais j'en attendais sans doute trop. J'ai pas trouvé le truc accrocheur, faudrait que je réessaie autrement qu'en faisant le ménage.
Battles, pas mauvais, mais pas fait pour moi je crois. Trop abstrait je pense...
Veronica Falls, je pense exactement la même chose : un manque de mélodies, c'est très linéaire, mais par contre je trouve que le jeu des voix sauve tout, et même plus. Ce que je disais, c'est que pour qu'un album aussi linéaire me plaise, il fallait forcément de la mélodie quelque part...
Elista a fait un album de pop-variétoche. En fait, c'est un peu trop gentillet par moment, mais je continue de les aimer d'amour parce que je leur trouve vraiment des qualités et de quoi claquer des titres superbes. J'espère juste qu'ils ne deviendront pas un groupe de doubidouwap sans relief...

Merci d'être passé en tout cas, j'espère que ça t'aura donné l'envie d'écouter Gotye !
Ajoutez votre prose ! (lâch t komm)
Nom :
E-mail (facultatif) :
Recopiez le prénom :
Votre commentaire :

 S'abonner au fil RSS des commentaires de cette page
Leroy Gomez est beauté, la beauté est Leroy Gomez.

© nazejournal.com, un site qu'il est bien.
Depuis le 10/04/2000. Déjà. Eh oui.
et aussi > Portfolio | le NazeBlog | à propos du NazeJournal | des nouvelles d'El_ChiCo
et des vieux trucs > Le studio | Euro2008 | TP131OnTheWeb