Quoi ! Vous n'êtes pas connecté ! Mais c'est fou, ça, oh, eh.
» Vite ! Je veux m'inscire !
» Vite Vite ! Je veux m'identifier !
Les derniers commentaires >
s'ils l'ont dit, c'est q'c'est vrai

Membres connectés
Bah... Personne!
Fl'URSS des articles
Contact
Besoin d'un crédit ? Je peux pas vous aider. En revanche, pour toute remarque ou preuve d'affection, vous pouvez me contacter via mbfcs2 arobase hotmail point com. Love. (sinon y a aussi via michelin, mais là c'est pas super drôle)
-
Icones :
famfamfam
Trees :
~getfirefox






Chroniques d'albums

Biffy Clyro - Opposites (2013)

Qu'il est loin le temps où il fallait faire des pieds et des mains pour avoir la chance de trouver une galette de Biffy Clyro. Progressivement, les Ecossais se font fait un nom, si bien que la parution de leur nouvel album Opposites se fait en grande pompe, à grands coups de promos, de partenariats radios, s'étalant des les rayons des magasins, pour peu qu'il s'agisse de magasins offrant autre chose que le dernier Muse comme nouveauté.

Conçu comme un double album, Opposites confronte donc The Sand At The Core Of Our Bones à The Land At The End Of Our Toes, rien que ça. Alors, on pourrait penser que le trio a eu besoin de plus de place pour exposer toute la variété de sa musique. Mais on serait plutôt loin de la vérité, parce qu'Opposites a emprunté le chemin tracé par les deux précédents efforts (Puzzle et Only Revolutions), à savoir que leurs compositions sont désormais bien plus classiques que celles qui fleurissaient sur leurs premiers albums. Les chansons sont plus standardisées, calibrées pour un passage radio, oubliant les longues pièces à tiroir qui faisaient la marque du Biffy des débuts. On ne s'y trompe d'ailleurs pas quand on voit les titres choisis pour figurer en tant que singles : Biblical au refrain aussi Biffyesque que les couplets sont estampillés pop US, Black Chandelier où le break qui se serait envolé il y a quelques années est vite stoppé pour rebalancer un refrain final. Et puis Simon s'est fait une coupe propre, ça veut tout dire.

Heureusement, les Ecossais n'ont pas pour autant remisé tous leurs jeux sur les rythmes (le génial Victory Over The Sun, le classique Trumpet Or Tap). Et si elles sont moins marqués, on se plait à jouer sur les cassures et 20 titres sont largement suffisants pour varier les plaisirs : le côté hispanisant des trompettes de Spanish Radio, la cornemuse (!) de Stingin' Belle... On a même le droit à quelques touches gentiment électro, ou disons plus simplement quelques nappes de synthé qui prennent le pas sur les déluges de guitares sur des titres comme Skyfall ou The Fog, sortant un peu des sentiers battus avec leurs "explosions" finales. A homogénéiser ses titres, Biffy Clyro a même mis de côté les chansons plus calmes, même si on retrouve des chansons comme Opposites qui jouent la carte slow meugnon. Chacun jugera leur bon goût...

En produisant des titres plus carrés, le groupe a quand même réduit les effets de surprises, et si on reconnaît les sonorités biffyesques habituelles, on en vient à se demander s'il s'agit d'une marque de fabrique ou d'une redite. Il y a sur cet album ces titres où on dirait qu'il est déjà 22h et que le voisin a demandé de mettre en sourdine, si bien que des morceaux comme Woo Woo ou Pocket paraissent tout droit sortis d'une bande originale de teenage movie américain. Mais ce que Biffy Clyro a perdu en réduisant ses compositions, ils l'ont gagné en intensité : on retrouve des mélodies béton, des refrains qui font mouche et une débauche de sons validés 100% headbang sur des morceaux comme Little Hospitals, Accident Without Emergency ou A Girl And His Cat. A ce titre, l'entrée du deuxième disque (clairement le plus dense) envoie du Biffy pur jus, enchaînant trois titres plus que parfaits : l'énervé Modern Magic Formula, le dandinant Spanish Radio et le tubesque Victory Over The Sun. Et quel bonheur d'entendre la voix, toujours aussi efficace (mais beaucoup moins criard), de Simon Neil s'emballer sur des titres comme The Thaw...

Ce sixième album de Biffy Clyro souffle le chaud et le froid : on ne sait pas vraiment sur quel pied danser, tant le groupe propose aussi bien de très bonnes compositions que la frustration de les entendre confinées à un format plus classique. Ici trop sages, là à la hauteur de nos attentes, le trio Ecossais réussit au moins à ne pas se perdre dans la masse des titres proposés et à envoyer du lourd au bon moment. Opposites, un nom définitivement bien choisi.

Tracklist
The Sand at the Core of Our Bones
1. Different People / 2. Black Chandelier / 3. Sounds Like Balloons / 4. Opposite / 5. The Joke's On Us / 6. Biblical / 7. A Girl And His Cat / 8. The Fog / 9. Little Hospitals / 10. The Thaw

The Land at the End of Our Toes
1. Stingin' Belle / 2. Modern Magic Formula / 3. Spanish Radio / 4. Victory Over The Sun / 5. Pocket / 6. Trumpet Or Tap / 7. Skylight / 8. Accident Without Emergency / 9. Woo Woo / 10. Picture A Knife Fight

Durée : 77:49 (2 disques)
Label : 14th Floor Records
Sorti le 28 janvier 2013
Écrit par mbfcs2 | Publié le 30 mars 2013


Commentaires battus
Pas encore de commentaire !
N'hésite pas à dire ce que tu penses ! (non pas ça)

Ajoutez votre prose ! (lâch t komm)
Nom :
E-mail (facultatif) :
Recopiez le prénom :
Votre commentaire :

 S'abonner au fil RSS des commentaires de cette page
Rien n'est nécessaire. Sauf les piliers

© nazejournal.com, un site qu'il est bien.
Depuis le 10/04/2000. Déjà. Eh oui.
et aussi > Portfolio | le NazeBlog | à propos du NazeJournal | des nouvelles d'El_ChiCo
et des vieux trucs > Le studio | Euro2008 | TP131OnTheWeb