Quoi ! Vous n'êtes pas connecté ! Mais c'est fou, ça, oh, eh.
» Vite ! Je veux m'inscire !
» Vite Vite ! Je veux m'identifier !
Les derniers commentaires >
s'ils l'ont dit, c'est q'c'est vrai

Membres connectés
Bah... Personne!
Fl'URSS des articles
Contact
Besoin d'un crédit ? Je peux pas vous aider. En revanche, pour toute remarque ou preuve d'affection, vous pouvez me contacter via mbfcs2 arobase hotmail point com. Love. (sinon y a aussi via michelin, mais là c'est pas super drôle)
-
Icones :
famfamfam
Trees :
~getfirefox






Chroniques d'albums

Air Traffic - 2007 - Fractured Life

TRACKLIST
1. Just Abuse Me / 2. Charlotte / 3. Shooting Star / 4. No More Running Away / 5. Empty Space / 6. Time Goes By / 7. I Like That / 8. Never Even Told Me Her Name / 9. Get In Line / 10. I Can't Understand / 11. Your Fractured Life /
Fractured Life est le premier album de Air Traffic, groupe anglais, de Bournemouth exactement. Basé essentiellement autour du piano, le groupe vient néanmoins s'inscrire à la longue liste des groupes de la scène indie rock anglaise, guitares rythmées en arrière plan, tout en apportant une couleur spécifique qui donne un petit chose au groupe, histoire de se démarquer du lot.
Ce premier effort s'ouvre avec les singles, en premier lieu Just Abuse Me, qui annonce la couleur avec son intro aux accords de piano plaqués, vite rejoint par une guitare rock tout ce qu'il y a de plus classique, qui a le mérite de lancer l'album sans pourtant être révolutionnaire. S'en suit Charlotte, second single carrément efficace et qui, paradoxalement, délaisse le piano pour offrir un riff assez imparable. On y découvre surtout la voix de Chris Wall qui offre à ce titre sans temps mort toute son énergie. Et puis en plus d'être un prénom que j'aime bien (mais on s'en fout), Charlotte est le titre qui a permis à Air Traffic de se faire connaître.

Shooting Star correspond à ce qu'on peut appeller une "balade rock", empreinte d'envolées rock appuyées qui font qu'on s'endormira pas dessus, en particulier pendant le break final qui se développe parfaitement jusqu'à exploser. Une fois encore la voix colle parfaitement à la chanson, fait passer l'émotion, et la chanson vaut à elle seule l'écoute de l'album. No More Running Away, quatrième single extrait de Fractured Life, tourne autour d'un rythme à la manière de There There de Radiohead. Construit autour de ce thème, comme une marche martelée mise à la sauce du groupe avec le piano qui va bien, le titre monte progressivement, jusqu'à atteindre les guitares finales si bien qu'on se laisse prendre sans rien voir venir (c'est souvent comme ça me souffle-t-on discrètement).

Empty Space est la balade par excellence, le slow qui marche à chaque fois, servi encore une fois par un piano comme unique instrument, et par Chris Wall qui joue avec les aigus et crée toute l'atmosphère du titre, qui se rapproche par moment des arrangements de Muse et des jeux de voix de Matthew Bellamy (si si, c'est un compliment). Time Goes By est une chanson pop sans aucune notion péjorative, d'autant plus qu'elle relance un peu la machine à battre les pieds, réenclanchant les mouvements rock, avec un refrain accrocheur.

Malheureusement, les derniers titres de l'album ne me paraissent pas du même niveau, et même s'ils ne sont pas désagréables, on peine à y trouver le petit truc en plus. I Like That joue du côté du rock qui tâche avec des "palam pam pam" qu'il faut savoir apprécier. C'est festif, presque bourrin (toutes proportions gardées), mais manque un peu de mélodies accrocheuses. Never Even Told Me Her Name est la chanson sympa, la bonne copine, la petite soeur de Charlotte, patatesque, vitaminée et condensée, mais sans doute trop pour la développer. Cela dit, c'est sans doute pas le but recherché. C'est exactement la même chose pour Get In Line, qui louche tendancieusement vers The Kooks. Là encore, c'est énergique et rapide (à peine deux minutes).

Fractured Life se termine avec deux titres plus doux, à commencer par I Can't Understand, qu'on aimerait voir décoller (Air Traffic, décoller, jeux de mots). Le titre reste alors une balade tranquille, mais c'est un peu une île flottante sans crème anglaise, et avec du caramel sans sucre (j'ai trouvé la métaphore jolie au début). Le dernier titre éponyme, piano et guitare épurée avant l'attaque rock finale qui sauve vraiment le morceau en le remuant par les pieds et laisse sur une bonne impression, finissant en decrescendo de "Please don't let me down". Effet de mode oblige, on a le droit à notre bonus track perdu au fond de l'album, mais pas au fond à droite, puisque ce titre instrumental presque expérimental n'est pas à jeter (mais bon, les bonus tracks au fin fond de l'album, faut arrêter).

Pour surnager dans la jungle des groupes d'indie rock, Air Traffic a su bâtir un premier album dans lequel l'omniprescence du piano et la voix de Chris Wall apportent une touche particulière et appréciable. On passe par tous les styles, et si la fin de l'album est moins mélodique, elle ravira le côté punchy qui sommeille en vous.


Clips
Charlotte :



Shooting Star :



No More Running Away :



Never Even Told Me Her Name :
(pas vraiment un clip, mais tout comme)



Écrit par mbfcs2 | Publié le 02 décembre 2007


Commentaires battus
Pas encore de commentaire !
N'hésite pas à dire ce que tu penses ! (non pas ça)

Ajoutez votre prose ! (lâch t komm)
Nom :
E-mail (facultatif) :
Recopiez le prénom :
Votre commentaire :

 S'abonner au fil RSS des commentaires de cette page
Rien ne vaut la tuning-beauf attitude

© nazejournal.com, un site qu'il est bien.
Depuis le 10/04/2000. Déjà. Eh oui.
et aussi > Portfolio | le NazeBlog | à propos du NazeJournal | des nouvelles d'El_ChiCo
et des vieux trucs > Le studio | Euro2008 | TP131OnTheWeb