Quoi ! Vous n'êtes pas connecté ! Mais c'est fou, ça, oh, eh.
» Vite ! Je veux m'inscire !
» Vite Vite ! Je veux m'identifier !
Les derniers commentaires >
s'ils l'ont dit, c'est q'c'est vrai

Membres connectés
Bah... Personne!
Fl'URSS des articles
Contact
Besoin d'un crédit ? Je peux pas vous aider. En revanche, pour toute remarque ou preuve d'affection, vous pouvez me contacter via mbfcs2 arobase hotmail point com. Love. (sinon y a aussi via michelin, mais là c'est pas super drôle)
-
Icones :
famfamfam
Trees :
~getfirefox






Articles

Mon Top 10 des chansons de Bloc Party

En janvier dernier, débarrassé de deux de ses membres fondateurs (Matt Tong et Gordon Moakes) remplacés par une batteuse nerveuse (Louise Bartle) et bassiste bodybuildé (Justin Harris), les anglais de Bloc Party sortaient leur cinquième album, "Hymns". Bon, j'avais alors décidé d'en profiter pour balancer ma sélection de 10 titres du groupe sortis jusque là, et bien malheureusement, ce dernier album a tout fait pour ne pas bousculer ce classement. Et puisqu'on n'est plus à quelques mois près, on va dire qu'il est temps de balancer ce Top 10 bien évidemment totalement subjectif.


Et si tu arrives en fin d'article (et que tu as été sage toute l'année), tu auras le droit à la super playlist Spotify pour écouter tout ça avec les versions album ! (oui parce que pour le reste j'ai cherché des versions live pour voir comme Kele s’égosille)


10
Kettling
Four - 2012

Lorsqu'est sorti Four en 2012, on ne savait plus trop bien à quoi pouvait ressembler le groupe. Trois albums plutôt différents, dont le dernier en date virant parfois maladroitement vers l'électro putassier. Et voilà que Bloc Party revient à un son plus direct. Alors oui, ça veut aussi bien dire énergique que maladroit. Ca peut parfois être deux qualités.



09
Zephyrus
Intimacy - 2008

Ah, tu l'attendais pas celle-là. Parce qu'avec les singles Flux et Mercury juste avant la sortie de l'album Intimacy, on craignait que l'album soit un condensé de chansons à base de boucles électro et effets vocaux dégueulasses. Bon, il y en a. Et Zephyrus pourrait allégrement verser dans cette catégorie. Ouais, ok, il est vraiment en plein dedans. Mais me connaître c'est savoir que les grandes vocalises synthétiques ça marche toujours sur moi (attends j'ai même un album de The Human League). Et quand on y ajoute la voix de Kele dans un refrain qui en devient entêtant, ce n'est qu'une raison de plus pour le mettre dans cette sélection.



08
The Prayer
A Weekend in the City - 2007

En plein âge d'or de la vague brit-indie-pop (appelez-là comme vous le voulez), c'est peu dire que le successeur du très réussi Silent Alarm était attendu. Et quand The Prayer, son clip foutraque et son rythme (coupé-)décalé sont arrivés, proposant quelque chose de nouveau sans se vautrer pour autant, difficile de ne pas se laisser prendre. Il y a sans doute là un peu d'effet de nouveauté, mais j'ai un peu trop maltraité-chanté ce single pour le voir absent de cette liste.



07
Positive Tension
Silent Alarm - 2005

C'est-à-dire qu'à un moment il faut savoir être sérieux. Choisir des titres dans un album aussi homogène que Silent Alarm n'est pas chose facile, surtout quand t'as l'habitude d'écouter cet album en entier plutôt que d'en extraire des titres. Mais avec le temps, certains gimmicks marquent plus que d'autres, certaines mélodies te font mimer la guitare en voiture si bien que tu dois ralentir pour pas que le virage arrive trop vite, et certains souvenirs de "So Fucking Useless" en concert finissent par faire sortir des chansons du lot.



06
So He Begins To Lie
Four - 2012

Dans cette liste de titres, une fois décrottée, il a bien fallu trouver des critères pour faire des choix. Et la sortie de Four, alors que je n'attendais plus grand chose du groupe, est forcément accompagnée par le titre qui sert d'ouverture à cet album. J'aurais pu choisir à ce titre le suivant "3x3", mais "So He Begins To Lie" a permis à ce moment-là, en quelques notes, de rassurer sur le contenu de l'album à suivre. Ce titre a tellement le goût du retour aux ressources qu'on attend toujours en sachant qu'il n'arrivera jamais qu'il a pour moi une valeur particulière.



05
Song For Clay (Disappear Here)
A Weekend in the City - 2007

Il faut savoir faire le tri dans le second album du groupe, "A Weekend in the City". J'y ai toujours vu deux "faces", entre la première plus enjouée et la seconde plus posée (et "I Still Remember". Oui parce que "I Still Remember" devrait constituer une troisième face. Celle qu'on écoute pas. La tranche par exemple, disons ça). Dans tout ça, "Where is Home?" et "Song For Clay" ont toujours fait figure pour moi de titres plus enlevés et donc de points d'orgue dans cet album. Et puisqu'il a fallu choisir (c'est vrai, personne ne me l'a vraiment demandé, mais j'avais envie), la qualité d'ouverture d'album, ce refrain tueur, ces guitares élancées et ce rythme martelé ont fini de me convaincre. Et puis chanter Kele quand il parle français avec l'accent, ça joue forcément un peu.



04
Two More Years
Two More Years EP - 2005

Donc là c'est le moment où tu comprends définitivement que mon classement, c'est un peu n'importe quoi en fait. Two More Years ici, c'est peut-être réveler à quel point ce classement est subjectif. Voilà, Two More Years, c'est l'histoire d'un titre qui faisait suite à Silent Alarm, qui s'est retrouvé sur les rééditions de l'album sans vraiment s'y inscrire complètement. C'est l'histoire d'un titre paumé entre deux albums, qui sonne comme aucun autre comme du Bloc Party et qui pourtant n'est réellement comparable à aucun autre (qui a dit "et c'est tant mieux ?"). Et surtout c'est un titre que j'ai adoré à sa sortie et qui garde une saveur particulière pour moi.



03
Price of Gas
Silent Alarm - 2005

Quand je disais qu'il était difficile de sortir un titre de Silent Alarm, je dois faire exception de Price Of Gas, premier titre qui m'a réellement marqué dans la discographie du groupe. Tout d'abord par ces jeux sur les sonorités, mais aussi pour ce refrain qui, sans débarquer comme un gros boeuf, sait se faire présent quand il martèle. Price of Gas, c'est un peu un résumé de tout l'album tel que je l'entends : personne ne débarque avec ses gros sabots, l'ambiance s'installe, et on se fait avoir sans vraiment s'en rendre compte.

Et puis ça reste une formidable raison de voir un orchestre taper dans ses mains.



02
Halo
Intimacy - 2008

Si Intimacy faisait peur à jouer sur les sons électriques comme un enfant de 4 ans découvre un Bontempi, il a apporté son lot de bonnes surprises. Au milieu d'elles, il m'a fallu faire un choix entre "Halo" et "Talons", deux titres qui détonnent tant ils montrent alors que Bloc Party est absolument capable de créer des chansons dont on dirait qu'elles datent des premiers instants. C'est en quelque sorte un message pour indiquer qu'ils n'ont pas oublié, qu'ils sont toujours capables de faire ça, mais que pour le moment quand on appuye sur la touche bleue ça fait un son trop rigolo pour qu'on s'en passe. Alors voilà, j'aurais pu mettre les deux titres dans le classement. Mais comme je voulais élargir au maximum le spectre, j'ai finalement choisi "Halo", pour son côté encore plus dénué de tout arragement vaguement électro.



01
Helicopter
Silent Alarm - 2005

J'ai bien pris la peine de défendre Silent Alarm comme un album plutôt que comme une suite de titres. Mais il est impossible de ne pas mettre de côté Banquet et Helicopter. On peut d'ailleurs noter comme ils s'intègrent parfaitement à l'album ; mais autant Banquet qu'Helicopter résonnent comme des hymnes à eux seuls. Là encore, j'associe tant les deux titres que les faire figurer tous les deux dans le classement serait perdre une place pour varier les plaisirs. Helicopter a depuis longtemps supplanté Banquet, pour son intro qui gratte mais surtout pour la rythmique du chant sur les guitares acérées. Ce petit côté rébellion adolescente aura du mal à trouver concurrent à sa hauteur.



Et donc la playlist Spotify pour, de chez toi, constater que "mais c'est pas tout le temps le même titre ?".

A noter que "Two More Years" est absent. Ca vous dérange tant que ça ?
Écrit par mbfcs2 | Publié le 18 septembre 2016


Commentaires battus
Pas encore de commentaire !
N'hésite pas à dire ce que tu penses ! (non pas ça)

Ajoutez votre prose ! (lâch t komm)
Nom :
E-mail (facultatif) :
Recopiez le prénom :
Votre commentaire :

 S'abonner au fil RSS des commentaires de cette page
Leroy Gomez est beauté, la beauté est Leroy Gomez.

© nazejournal.com, un site qu'il est bien.
Depuis le 10/04/2000. Déjà. Eh oui.
et aussi > Portfolio | le NazeBlog | à propos du NazeJournal | des nouvelles d'El_ChiCo
et des vieux trucs > Le studio | Euro2008 | TP131OnTheWeb