Quoi ! Vous n'êtes pas connecté ! Mais c'est fou, ça, oh, eh.
» Vite ! Je veux m'inscire !
» Vite Vite ! Je veux m'identifier !
Les derniers commentaires >
s'ils l'ont dit, c'est q'c'est vrai

Membres connectés
Bah... Personne!
Fl'URSS des articles
Contact
Besoin d'un crédit ? Je peux pas vous aider. En revanche, pour toute remarque ou preuve d'affection, vous pouvez me contacter via mbfcs2 arobase hotmail point com. Love. (sinon y a aussi via michelin, mais là c'est pas super drôle)
-
Icones :
famfamfam
Trees :
~getfirefox






Carnet de notes

The Joy Formidable - Greyhounds In The Slips

Bon, c'est un peu la sensation du moment, le nouveau groupe qu'il faut avoir écouté (et aimé, tant qu'à faire). The Joy Formidable est un trio Gallois emmené par la chanteuse et guitariste Ritzy Bryan, et qui sort en ce début d'année 2011 son premier album The Big Roar. Un album qui fait suite à un premier EP prometteur, A Balloon Called Moaning, sorti en 2009 et dont il est fait de nombreuses éloges (notamment chez Twist qui a toujours bon goût).
The Big Roar est un album plutôt décapant, très rock et qui envoie surtout une bonne dose de pâté. Certes, il a les défauts d'un premier album, donne parfois la part un peu trop belle à l'énergie au détriment des compositions, mais a quand même de sacrés arguments pour décrasser les oreilles les plus poussiéreuses. Pourtant, ce n'est pas d'un titre de cet album dont il s'agit ici, mais d'un morceau présent sur une compilation du NME Radar - en quelque sorte une sélection des meilleurs nouveaux groupes par le NME - et apporté jusqu'à mes oreilles par mr.suaudeau (qu'il en soit remercié ici).




Parce que Greyhounds In The Slips est un condensé de la puissance de The Joy Formidable, notamment dans son refrain à la limite de la saturation, presque cacophonique, mais au final parfaitement maitrisé. Les guitares s'envolent, la patate est de mise, aucun temps mort n'est permis ; surtout, la voix de Ritzy, secondée par celle de Paul Draper (qui passait sans doute par là), suffit presque à enflammer le titre. Autant dire que Greyhounds In The Slips laisse imaginer que The Big Roar est tout sauf le fruit du hasard, et que s'il ne réinvente pas la musique, il permet d'économiser des cotons-tiges.

Écrit par mbfcs2 | Publié le 12 mars 2011


Commentaires battus
Posté par mr.suaudeau, le 13.03.2011 à 22:27 [#1]
Et d'ailleurs j'insiste : la black session envoie du lourd, en écoute encore quelques jours : http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/cestlenoir/playlists.php
(émission du 10 mars)
Posté par G, le 17.03.2011 à 14:28 [#2]
J'aime beaucoup Joy Formidable aussi ! Faut que j'écoute vite l'album !
Ajoutez votre prose ! (lâch t komm)
Nom :
E-mail (facultatif) :
Recopiez le prénom :
Votre commentaire :

 S'abonner au fil RSS des commentaires de cette page
Un clown averti en vaut deux. C'est naze, je sais...

© nazejournal.com, un site qu'il est bien.
Depuis le 10/04/2000. Déjà. Eh oui.
et aussi > Portfolio | le NazeBlog | à propos du NazeJournal | des nouvelles d'El_ChiCo
et des vieux trucs > Le studio | Euro2008 | TP131OnTheWeb