Quoi ! Vous n'êtes pas connecté ! Mais c'est fou, ça, oh, eh.
» Vite ! Je veux m'inscire !
» Vite Vite ! Je veux m'identifier !
Les derniers commentaires >
s'ils l'ont dit, c'est q'c'est vrai

Membres connectés
Bah... Personne!
Fl'URSS des articles
Contact
Besoin d'un crédit ? Je peux pas vous aider. En revanche, pour toute remarque ou preuve d'affection, vous pouvez me contacter via mbfcs2 arobase hotmail point com. Love. (sinon y a aussi via michelin, mais là c'est pas super drôle)
-
Icones :
famfamfam
Trees :
~getfirefox






Chroniques d'albums

a-ha - Foot Of The Mountain (2009)

TRACKLIST
1. The Bandstand / 2. Riding The Crest / 3. What There Is / 4. Foot Of The Mountain / 5. Real Meaning / 6. Shadowside / 7. Nothing Is Keeping You Here / 8. Mother Nature Goes To Heaven / 9. Sunny Mystery / 10. Start the Simulator /
Avec du recul, la carrière de a-ha a de quoi surprendre. Ou faire peur. Voire les deux. Après avoir cartonné dans les années 80 avec en tête de gondole le single Take On Me, puis assuré la BO d'un James Bond (ce qui n'est jamais mauvais pour les affaires), le succès du trio Norvégien c'était un peu éteint au début des années 90. Et puis les revoilà en 2000, avec Minor Earth | Major Sky, album qui reste fidèlement accroché à mon Top 10 des meilleurs albums de l'Univers au-delà de ce que les Bogdanoff connaissent, suivi d'un Lifelines un peu plus dansant et d'un Analogue qui peine à décoller derrière un début en fanfare. Une triologie qui me convient cependant parfaitement, le sens de la jolie pop des Norvégiens y étant parfaitement présent.
Autant dire que ce nouvel album, Foot Of The Mountain était attendu ; au moins par moi, c'est déjà un bon point. Annoncé comme un revival du son qui a fait a-ha à la fin des années 80, ce qui semble être la grande mode sans que personne n'ait réellement réussi à le faire (et c'est tant mieux, c'est même normal), on notera quand même que ce neuvième album ressort les sons de synthés qui accompagnent les mélodies chantées, le démarquant ainsi - mais ça reste relatif - des albums précédents. On retrouve finalement un schéma de chanson assez simple dans la plupart des 10 titres qui composent l'album. 10 titres, soit assez peu pour un groupe qui nous avait habitué à plus, mais qui rend du coup Foot Of The Mountain plus intense. Surtout, en ne cherchant pas à réinventer constamment la musique, a-ha se concentre sur ce qu'il sait faire de mieux, la perle pop avec la mélodie qui dès la première écoute accroche... ou écorche.

De toutes façons, on sera fixé dès le début de l'album, dès les premières notes de The Bandstand*, une des meilleurs de l'album : la mélodie Bontempi claque aux oreilles, sorte de sample de Coco Jamboo (que je suis accessoirement ravi de vous avoir remis en tête), mais le reste semble couler tout seul (et ce n'est pas sale), les intonations de Morten Harket faisant le reste. Mais le parti revival peut avoir des inconvénients ; les gimmicks de Riding The Crest sont un peu too much malgré une tournure plus douce sur la fin, mais qui n'empêche pas de se croire dans une comédie française des années 80. En fait, toute la difficulté est là, à en faire juste assez pour en tirer le meilleur profit, sans sombrer dans le caricatural. A ce jeu, le single Foot Of The Mountain*tire son épingle, apparaissant comme une évidence pour illustrer l'album, tant il mixe le côté pop classique et le côté plus synth-pop et pardessus tout, il sonne comme... du a-ha. Ça aussi c'est un bon point.

Pour les slows, on repassera sur l'originalité. Parce qu'hélas, a-ha n'oublie pas de nous offrir une plage de chansons plus lentes ou moins enlevées qui, sans être totalement indégentes, pêchent à sortir du lot. C'est parfois bien emballé (les nappes de Shadowside), mais aussi passablement mou (le final Start The Simulator, pas franchement la meilleure idée ; Nothing Is Keeping You Here qu'on dirait sans conviction ; Real Meaning - rien à voir avec le club de foot - dont on garde à peine le refrain).

Un passage un peu faiblard qui m'amène à penser que malgré tout, le meilleur de l'album se concentre autour des chansons orchestrées sur un petit son de synthé. Que ce soit pour décorer sans s'incruster de trop comme sur Mother Nature Go To Heaven, ou alors en y allant franchement comme pour l'aérien Sunny Mystery* aux tons électro ou encore sur What There Is qui offre un voyage dans le temps gratuit back to the 80's, le trio semble y puiser la force de ses chansons. Au final, on reste sur un petit goût d'inachevé : les fans de synth-pop en auront pour leur argent, avec quelques parfaites bulles de pop, notamment au travers de la voix franchement impeccable de Morten Harket et des arrangements, mais avec quelques temps morts qui ne chopperont sans doute pas au vol ceux qui auraient tendu une oreille distraite dans le coin.

Clip

  Foot Of The Mountain

Écrit par mbfcs2 | Publié le 16 juin 2009


Commentaires battus
Posté par lechenejb, le 18.06.2009 à 20:40 [#1]
Moi j'aime définitivement The Bandstand !
Posté par mbfcs2, le 18.06.2009 à 20:52 [#2]
Ah ah (gag), je vais t'attraper avec mes trucs 80's toi !
Posté par lechenejb, le 18.06.2009 à 21:58 [#3]
Tu recycles mes blagues toi !
Ajoutez votre prose ! (lâch t komm)
Nom :
E-mail (facultatif) :
Recopiez le prénom :
Votre commentaire :

 S'abonner au fil RSS des commentaires de cette page
Joie !

© nazejournal.com, un site qu'il est bien.
Depuis le 10/04/2000. Déjà. Eh oui.
et aussi > Portfolio | le NazeBlog | à propos du NazeJournal | des nouvelles d'El_ChiCo
et des vieux trucs > Le studio | Euro2008 | TP131OnTheWeb