Quoi ! Vous n'êtes pas connecté ! Mais c'est fou, ça, oh, eh.
» Vite ! Je veux m'inscire !
» Vite Vite ! Je veux m'identifier !
Les derniers commentaires >
s'ils l'ont dit, c'est q'c'est vrai

Membres connectés
Bah... Personne!
Fl'URSS des articles
Contact
Besoin d'un crédit ? Je peux pas vous aider. En revanche, pour toute remarque ou preuve d'affection, vous pouvez me contacter via mbfcs2 arobase hotmail point com. Love. (sinon y a aussi via michelin, mais là c'est pas super drôle)
-
Icones :
famfamfam
Trees :
~getfirefox






Le Grenier du NazeJournal

Be Kind, Rewind
de Michel Gondry - 2008

Réal. : Michel Gondry
Année : 2008
avec Jack Black, Mos Def, Danny Glover et d'autres gens bien
Ça va vraiment finir par se voir que j'adore Michel Gondry. Mais comme j'ai pas vraiment de quoi m'en cacher, je n'aurais pas non plus honte de vous pousser à aller voir son dernier film, Be Kind, Rewind, en français Soyez Sympas, Rembobinez (on passera sur la traduction sans allitération). J'ai même envie d'être plus direct : allez le voir. Oui, je suis comme ça. T'as vu, moi j'impose mes idées, tac tac.
Après avoir réalisé de nombreux clips remarqués et remarquables qui lui ont donné une certaine réputation mais qui ont surtout défini le style Gondry, Michel Gondry s'était décidé à se faire un nom dans le cinéma, le grand écran quoi. Chose faite depuis Eternal Sunshine Of The Spotless Mind, où il se paye le luxe de franchir l'Atlantique pour diriger d'excellents Jim Carrey et Kate Winslet.

Si Eternal Sushine... pouvait paraître un peu tordu, emprunt des labyrinthes neuronaux de Gondry qui le rendait un peu difficile d'accès, et si son dernier film en date, La Science Des Rêves, avait pris le même chemin mais en version Française pour une fable amoureuse barrée, Be Kind, Rewind met un peu d'eau dans son Oasis.

En fait, la force de Be Kind, Rewind est de proposer un film qui conserve cette folie de Gondry, ces idées géniales qui paraissent simples et que pourtant personne n'aurait imaginées, mais en diluant tout ça dans une trame bien plus conventionnelle, et surtout bien plus accessible.

L'histoire repose quand même sur un postulat auquel il faut adhérer, mais il faut y mettre un peu du sien, oh. Monsieur Fletcher (Danny Glover, monsieur Bombe Caca dans l'Arme Fatale) est propriétaire d'un vidéo club de quartier, la petite boutique du coin qui fait face au superstore de location de DVD à quelques rues. Sa boutique condamnée à la démolition s'il ne trouve pas les fonds nécessaires à sa rénovation, M. Fletcher décide de laisser une semaine les clés de la boutique à son employé, Mike (le très bon Mos Def).

Au bout de quelques jours, les clients commencent à se plaindre que les cassettes louées sont vides... Très vite, Mike se rend compte que c'est son meilleur ami, Jerry Gerber (Jack Black), qui a involontairement effacé les bandes, suite à son magnétisme issu d'une attaque foirée contre une centrale électrique.

Pour ne pas décevoir son patron qui lui fait confiance, Mike doit trouver une solution, et propose à Jerry de retourner les films avec les moyens du bord, avec la caméra à papa et ce qu'ils ont sous la main. Evidemment, le résultat est cheap, mais fera contre toute attente le succès du duo, qui sera amené à tourner de plus en plus de remakes...



Be Kind, Rewind a les défauts de ses qualités (ouais elle très classe cette phrase) : il faut savoir ce qu'on va voir. En gros, accepter les quelques hypothèses bizarres (tout un quartier qui n'a rien d'autre à faire qu'un film pendant toute une semaine...) et la légèreté relative du scénario, ainsi que les bons sentiments à la sauce américaine pour faire place aux gags et à la créativité du réalisateur. Il ne faut pas aller voir un film psychologique, mais signer pour une histoire comme quand on était petit, une fable sympathique avec des gags où on aimerait bien jouer aussi. On ne sort pas du film en se disant que demain on fera pareil avec sa caméra (ou alors pour Vidéo Gag), mais juste content de l'heure et demie passée, et c'est déjà pas mal pour un film.

6 bonnes raisons d'aller voir Be Kind, Rewind
1. Parce que les acteurs sont excellents.
2. Parce qu'on a pas besoin d'avoir une culture cinématographique du tonnerre pour comprendre les gags.
3. Parce que Michel Gondry.
4. Parce que justement c'est pas que du Gondry barré.
5. Parce que de toutes façons y a plus de places pour "Bienvenue Chez Les Ch'ti".
6. Parce que vous n'allez quand même pas voir Astérix à la place, oh.
Écrit par mbfcs2 | Publié le 11 mars 2008, mis à jour le 11 mars 2008


Commentaires battus
Posté par shifty, le 11.03.2008 à 16:49 [#1]
t'as pas oublié qq mots ??
Sinon ca donne envie d'y aller ... Et puis les fans du nazejournal auront trouvé la 7eme bonne raison : parce que tu nous le conseille, non ?
Posté par mbfcs2, le 11.03.2008 à 17:38 [#2]
Non, ça c'est pas une bonne raison, sinon t'écouterais de la NewWave. Ah moins que... hum, non. Oublie.
Posté par MiTcX, le 11.03.2008 à 19:54 [#3]
de la quoi ?

hummm il a l'air tout à fait sympathique ce film !
Ajoutez votre prose ! (lâch t komm)
Nom :
E-mail (facultatif) :
Recopiez le prénom :
Votre commentaire :

 S'abonner au fil RSS des commentaires de cette page
J'ai toute la collection des Y'a Pas Photo

© nazejournal.com, un site qu'il est bien.
Depuis le 10/04/2000. Déjà. Eh oui.
et aussi > Portfolio | le NazeBlog | à propos du NazeJournal | des nouvelles d'El_ChiCo
et des vieux trucs > Le studio | Euro2008 | TP131OnTheWeb