Quoi ! Vous n'êtes pas connecté ! Mais c'est fou, ça, oh, eh.
» Vite ! Je veux m'inscire !
» Vite Vite ! Je veux m'identifier !
Les derniers commentaires >
s'ils l'ont dit, c'est q'c'est vrai

Membres connectés
Bah... Personne!
Fl'URSS des articles
Contact
Besoin d'un crédit ? Je peux pas vous aider. En revanche, pour toute remarque ou preuve d'affection, vous pouvez me contacter via mbfcs2 arobase hotmail point com. Love. (sinon y a aussi via michelin, mais là c'est pas super drôle)
-
Icones :
famfamfam
Trees :
~getfirefox






Chroniques d'albums

Bloc Party - 2007 - A Weekend In The City

TRACKLIST
1. Song For Clay (Disappear Here) / 2. Hunting For Witches / 3. Waiting For The 7.18 / 4. The Prayer / 5. Uniform / 6. On / 7. Where Is Home / 8. Kreuzberg / 9. I Still Remember / 10. Sunday / 11. SRXT /
Dans la longue série de la nouvelle scène pop-rock anglaise, Bloc Party fait partie des groupes qui ont réussi un premier album convaincant et dont on attendait la confirmation. La voici arrivée avec A Weekend In The City, deux ans après Silent Alarm et sa platée de singles.
Le deuxième album est toujours le plus casse-gueule, enfin quand on arrive à en faire un deuxième, évidemment. Puisqu'il a fallu trouver un thème, A Weekend In The City abordera à sa manière la vie en ville, avec un son urbain. C'est bien un truc de marketing ça, un son urbain, parce que pour moi ça ne signifie à la rigueur que des klaxons et des bruits de pots d'échappement. Le premier album et son single phare Banquet avaient placé les quatre membres de Bloc Party comme des producteurs de bons singles pop-rock avec son lot de batterie et de riffs marquants. Le premier single du nouvel album, The Prayer, est donc assez déconcertant avec un rythme décousu, des choeurs proches de gargarismes et un refrain terriblement efficace.

L'album pourra dans ses sonorités déconcerter les fans de Silent Alarm, avec des titres plus poussés, plus recherchés sans doute aussi. On attaque pourtant avec un titre qui met directement dans l'ambiance, un Song For Clay (Disappear Here) vraiment prenant au refrain que je n'hésiterais pas à qualifier de magique, je suis comme ça. Hunting For Witches reprend les bonnes vieilles méthodes pop-rock avec une ligne de guitare et des accords plaqués sur le refrain, avant d'enchaîner sur Waiting For The 7:18 qui monte progressivement, depuis les clochettes de Nowel jusqu'à la presque cacophonie choeur + guitare + batterie + re-voix + aspirateur, deux titres parfaitement réussis. Mention spéciale pour avoir réussi à placer le mot "Sudoku" dans une chanson.

Uniform prend la suite de The Prayer, avec un début tranquillou et un changement de rythme en plein milieu pour retrouver des sonorités plus habituelles au groupe, avec des doublements de voix et une batterie plus présente. On annonce l'autre face de A Weekend In The City ; on retrouve un rythme qui se rapproche du trip-hop sans l'atteindre, des cordes dans le refrain, sans oublier des paroles loin du Baby Com'on et un chant impeccable de Kele Okereke, que l'on retrouve dans les aigus sur Where Is Home ?, où l'on retrouve le côté péchu du groupe. Kreuzberg reprend le style de la première partie de Uniform, avec un son plus calme, beaucoup plus pop que le début de l'album. Ce sera d'ailleurs la couleur de toute la fin de A Weekend In The City, avec des mélodies bien foutues, mais bien moins enlevées que celles auxquelles Bloc Party nous a habituées.

Sunday, SRXT, et le second single I Still Remember (une bien belle erreur si on m'avait demandé mon avis concernant le choix du single, mais comme on l'a pas fait, c'est tant pis) suivent donc cette voie, comme pour mimer la fin du weekend, le titre pop limite mielleux (enfin sans atteindre The Feeling quand même, y a une limite à tout) du dimanche soir (le premier qui me dit que le dimanche soir c'est pas possible parce qu'il y a Stade 2...). A Weekend In The City se termine donc calmement, avec le sentiment d'un album réussi, qui montre que Bloc Party a su évoluer pour proposer autre chose que leur premier album sans pour autant tout changer. Une première partie qui plaira aux fans de Silent Alarm, une seconde qui les effrayera sans doute, et qui pourtant montre l'étendue des possibilité de nos amis - décidément ! - de l'Essex (drugs and rock'n'roll. ha ha).

Clips

  The Prayer


  I Still Remember


  Hunting For Witches

Écrit par mbfcs2 | Publié le 10 mars 2007


Commentaires battus
Posté par mr.suaudeau, le 03.02.2016 à 18:36 [#1]
Cette chronique est drôle et pertinente. En un mot : PARFAITE.
Ajoutez votre prose ! (lâch t komm)
Nom :
E-mail (facultatif) :
Recopiez le prénom :
Votre commentaire :

 S'abonner au fil RSS des commentaires de cette page
On en rigolera dans 35 ans

© nazejournal.com, un site qu'il est bien.
Depuis le 10/04/2000. Déjà. Eh oui.
et aussi > Portfolio | le NazeBlog | à propos du NazeJournal | des nouvelles d'El_ChiCo
et des vieux trucs > Le studio | Euro2008 | TP131OnTheWeb