Quoi ! Vous n'êtes pas connecté ! Mais c'est fou, ça, oh, eh.
» Vite ! Je veux m'inscire !
» Vite Vite ! Je veux m'identifier !
Les derniers commentaires >
s'ils l'ont dit, c'est q'c'est vrai

Membres connectés
Bah... Personne!
Fl'URSS des articles
Contact
Besoin d'un crédit ? Je peux pas vous aider. En revanche, pour toute remarque ou preuve d'affection, vous pouvez me contacter via mbfcs2 arobase hotmail point com. Love. (sinon y a aussi via michelin, mais là c'est pas super drôle)
-
Icones :
famfamfam
Trees :
~getfirefox






Chroniques d'albums

Nine Inch Nails - 2005 - With Teeth

TRACKLIST
Euh...
--------------------
LIEN TERNET
Site officiel
DERNIERES CHRONIQUES

Warning: main(./fichiers/composants/derniers-cd.php) [function.main]: failed to open stream: No such file or directory in /mnt/116/sdb/f/6/nazejournal/articles/cd-nine-inch-nails-with-teeth.php on line 27

Warning: main() [function.include]: Failed opening './fichiers/composants/derniers-cd.php' for inclusion (include_path='/mnt/116/sdb/f/6/nazejournal/include:.:/usr/php4/lib/php') in /mnt/116/sdb/f/6/nazejournal/articles/cd-nine-inch-nails-with-teeth.php on line 27
Se pointer après six ans de mutisme studio (And All That Could Have Been et les petits bijoux de Still, sont bien beaux mais ne font pas office d’albums "conventionnels"), sans apporter beaucoup de nouveautés à son alchimie sonore peut être indiscutablement une grosse déception pour les fans de Trent Reznor, et en même temps un argument fort dans les mains de ses détracteurs. En effets, le génie natif de Mercer (Pennsylvanie, USA), nous avait habitué jusqu'à présent à du tellement haut niveau que ce nouvel album semble à première vue être un épisode moindre de sa tortueuse, mais pas moins exceptionnelle discographie.

Des innombrables routes musicales explorées dans The Fragile, Reznor choisit d'approfondir celles qui dans ce disque ont fait recette, comme We're In This Together, The Day The World Went Away ou The Fragile. Il choisit de se plonger dans des structures directes et moins complexes, qui donnent du relief à voix, aux mots, aux mélodies et aux refrains, comme jamais il n’avait osé faire jusqu'à présent. Bref, Reznor nous a livré un recueil de chansons, au sens premier du terme.

Si quelque chose de With Teeth frappe d’emblée, c’est bien le sens inné des mélodies de Reznor qui n’a rien perdu depuis toutes ces années. L’album est introspectif et intimiste, rien à voir avec le concept The Fragile. Trent n’a plus autant recours à la violence comme dans The Downward Spiral, sauf en épisodes isolés comme You Know What You Are et Getting Smaller (et encore, si on peut appeler ça de la violence, sachant ce que Reznor est capable de faire…). Ce qui ressort de With Teeth est un Trent Reznor finalement en paix avec lui-même, mais en rien en paix avec le monde qui l'entoure.

Reznor a débuté sa carrière dans les années 80, et entend bien le rappeler avec Only (second single du LP), qui débarque tout droit de cette décennie synthétique et minimaliste, sans la moindre modernité sonore: mais ne vous y trompez pas, cette chanson (dont le clip réalisé par David Fincher est mémorable), ainsi que le premier single The Hand That Feeds, font partie des moins bons moments de l’album. L’ «opération-nostalgie», arrive à son apogée dans Sunspots. Au niveau du travail studio, Trent Reznor s’est, comme toujours, très peu entouré : Dave Grohl à la batterie et Alan Moulder aux manettes suffisent. Mais malgré la dextérité et l’expérience qu’ont ces gens là pour faire du rock, les artifices et la production n’ont pas réussi pour autant à cacher la nature "pop" des chansons de cet album. Par exemple, l’introductif All The Love In The World, qui commence par une voix en sourdine et un petit groove drum’n bass, prend au fur et à mesure de l’ampleur pour au final se transformer en un chœur cadencé par un petit gimmick joué au piano qui plus pop ne se peut. Every Day Is Exactly The Same, avec sa mélodie accrocheuse et son refrain entraînant comme seul Reznor sait le faire représente mieux que chaque autre morceau le ton de l'album.

Si dans la «partie centrale» de l’album Reznor laisse entrevoir ici et là des vides d'inspiration, les morceaux concluant le disque sont dignes de ses plus grands chefs-d’oeuvre : The Lins Begins To Blur, avec ses couplets acides et lourds, qui se transforment dans un refrain épique, sont du meilleur effet. Beside You In Time, un véritable hymne mélancolique et onirique. Et de ses cendres Trent revient à la vie avec Right Where It Belongs, intense, désespérée, digne héritière du mythique Hurt, avec un des textes les plus beaux jamais écrits par Reznor.

Ainsi elles sont les choses, très simplement. Entre les petits défauts et le fort potentiel des chansons, les trésors ne manquent certainement pas, et force est de constater que Reznor n'a pas jamais chanté ainsi bien. Avec ses points forts et défauts With Teeth n’est rien plus que l'oeuvre «mineure» d'un artiste supérieur.
_


Warning: implode() [function.implode]: Bad arguments. in /mnt/116/sdb/f/6/nazejournal/article.php on line 445
Écrit par | Publié le 08 novembre 2005


Commentaires battus
Posté par Lord_Jago, le 10.07.2013 à 00:51 [#1]
Amusant de lire cet article maintenant. J'étais totalement passé à côté de cette chronique. Je ne peux qu'être d'accord.

Tu n'aurais pas une critique de The Fragile sous la main ? Histoire de savoir de savoir si ta prose se met au niveau de ses sujets et si tu arrives à retranscrire ce que ce chef d'oeuvre absolu peut procurer comment sensations.

Allez, je vais me l'écouter. Et ensuite je prierai le seigneur Reznor avant d'aller me coucher.
Posté par mbfcs2, le 10.07.2013 à 13:58 [#2]
Bah c'est surtout que cet article n'est pas de moi. En fait ça se serait vu si j'avais réparé le site...
Par contre The Fragile, c'est juste casse-gueule à 100%.
C'est un album qui se vit, tu vois ? OK ? OK ??????
Ajoutez votre prose ! (lâch t komm)
Nom :
E-mail (facultatif) :
Recopiez le prénom :
Votre commentaire :

 S'abonner au fil RSS des commentaires de cette page
Vous reprendrez bien du boudin noir, non ?

© nazejournal.com, un site qu'il est bien.
Depuis le 10/04/2000. Déjà. Eh oui.
et aussi > Portfolio | le NazeBlog | à propos du NazeJournal | des nouvelles d'El_ChiCo
et des vieux trucs > Le studio | Euro2008 | TP131OnTheWeb