Quoi ! Vous n'êtes pas connecté ! Mais c'est fou, ça, oh, eh.
» Vite ! Je veux m'inscire !
» Vite Vite ! Je veux m'identifier !
Les derniers commentaires >
s'ils l'ont dit, c'est q'c'est vrai

Membres connectés
Bah... Personne!
Fl'URSS des articles
Contact
Besoin d'un crédit ? Je peux pas vous aider. En revanche, pour toute remarque ou preuve d'affection, vous pouvez me contacter via mbfcs2 arobase hotmail point com. Love. (sinon y a aussi via michelin, mais là c'est pas super drôle)
-
Icones :
famfamfam
Trees :
~getfirefox






Chroniques d'albums

Muse - 2006 - Black Holes And Revelations

TRACKLIST
01. Take A Bow
02. Starlight
03. Supermassive Black Hole
04. Map Of The Problematique
05. Soldier's Poem
06. Invincible
07. Assassin
08. Exo-Politics
09. City Of Delusion
10. Hoodoo
11. Knights Of Cydonia
----------------
LIEN TERNET
Site officiel
Le clip de Supermassive Black Hole (YouTube)
DERNIERES CHRONIQUES

Warning: main(./fichiers/composants/derniers-cd.php) [function.main]: failed to open stream: No such file or directory in /mnt/116/sdb/f/6/nazejournal/articles/cd-muse-black-holes-and-revelations.php on line 36

Warning: main() [function.include]: Failed opening './fichiers/composants/derniers-cd.php' for inclusion (include_path='/mnt/116/sdb/f/6/nazejournal/include:.:/usr/php4/lib/php') in /mnt/116/sdb/f/6/nazejournal/articles/cd-muse-black-holes-and-revelations.php on line 36
J'ai toujours prêté une oreille attentive aux albums de Muse, sans toutefois m’extasier plus que de raison sur leurs créations, tantôt dérangé par les similitudes trop évidentes face aux grands frères de Radiohead, tantôt par la lassitude qu’engendrait les compositions.

Je sentais un potentiel latent, une sorte de puissance sous-jacente que ne démentait apparemment pas leurs prestations live, et un goût pour les arrangements finement ciselés qui n’étaient pas pour déplaire à l’amateur des Beatles que je suis resté. Bref, on n’était pas chez le Big Bazar de Michel Fugain.

C’est donc en plein dans ma pauvre petite gueule que je pris il y a une poignée de jours le titre Knights Of Cydonia, écoutable sur myspace.

Je fus tout d’abord un peu décontenancé. Une sorte de chevauchée spatiale, une cavalcade ou Ennio Morricone finirait par se faire enculer par Freddie Mercury. Un titre épique mais pas toc, pour faire du Mc Solaar pourri, pardon pléonasme, aux choeurs très Queenien, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Ma curiosité piquée, je décidais de me procurer l’album entier. Bordel à queue. Parfois, j’ai de ces idées. Bénissant le haut débit je lançais l’objet encore peu identifié.

Take a bow : des nappes de synthé à la « rencontre du troisième type » ouvrent le bal, c’est confirmé, Bellamy et sa bande nous emmenent dans un trip spatial (la pochette, repas martien d’octogénaires endimanchés, ne laissait déjà que peu de doutes à ce sujet). Les rythmes technoides se marient à merveille à la voix de Bellamy qui semble s’envoler vers un monde meilleur. On imagine Brian May, à cheval sur une comète, décocher des solos vers la voie lactée.

Starlight est très eighties. Depeche modienne. Pet shop boyenne, me souffle-t-on. des clap-clap appuyés, une basse puissante, et toujours ces nappes de synthé. Très belle mélodie. La voix prend encore de la hauteur.

Supermassive Black Hole est le premier single. Bellamy se prend pour Beck et cunnilingue un titre funky aux relents hard rock en passant sa langue sur des robots femelles qui semblent sortis d’un rêve maudit de Prince sous speedball.

Map Of The Problematique mêle une jolie mélodie piano à des arrangements toujours plus méticuleux, une excellente rythmique très appuyée, des guitares. Le titre m’évoque à juste titre ou pas, Smashing Pumpkins, et dans une moindre mesure, encore Depeche Mode. Il explose en final orgasmique de batterie surpuissante.

Soldier's Poem est un titre calme d’à peine plus de deux minutes, aux choeurs encore très Queenien, une sorte de ballade au charme agréablement surané que la bande à Mercury appréciait particulièrement.

On enchaîne sur Invincible et sa rythmique martiale, des vents vénusiens semblent souffler alors qu’on s’imagine intouchable dans un désert de poussière rouge et verte. Du Coldplay sous Epice, le chanteur se prend pour Mua'Dib alors que le ton monte et que les guitares rugissent telles des vers des sables en rut.

Assassin est le titre suivant, sorte de course poursuite nu metal aux voix fantomatiques, il est désormais établi qu’il existe de la vie sur mars, et ses habitants n’écoutent pas Frédéric Lerner, mais plutôt System Of A Down. Les terriens ne les en blâmeront pas.

Exo-Politics débute sur une lourde rythmique martellée par un pachyderme mutant aux yeux de feu alors que d’insidieuses six cordes s’immiscent pour tresser d’improbables volutes mélodiques multicolores.

City Of Delusion est un melting pot de sons et d’instruments, les violons sont de la partie, les guitares explosent ponctuellement le long de ce titre très lyrique aux relents arabisants, des passages acoustiques avec trompettes hispanisantes nous rappelle les explorations Led Zeppeliniennes.

Hoodoo continue d’ailleurs sur la lancée avec son intro flamenco évoquant la BO d’un Tarantino de l’espace, pour ensuite muter vers un morceau violemment rythmique, aux envolées maitrisées.

Vous connaissez déjà Knights Of Cydonia (Cydonia étant, précisons-le, une région de la planète Mars, ou l’on peut par exemple observer le fameux « visage » formé par des rochers), qui clôt l’album d’une magistrale façon.

Vous connaissez donc désormais votre destination estivale pour début juillet : la galaxie Muse, et leur magicosmique nouvel album.
_

Écrit par Axl | Publié le 28 juin 2006


Commentaires battus
Posté par mbfcs2, le 28.06.2006 à 00:00 [#1]
J'applaudis des deux mains, et chaudement, devant ce remarquable article.
Posté par Koban, le 29.06.2006 à 00:00 [#2]
Moi aussi j'applaudis l'article, mais je trouve que la muse-zique ressemble de plus en plus à la gastronomie polonaise après l'invasion allemande : plus ça va, plus c'est gras.

J'ai écouté tout l'album sur myspace, ben je suis déçu. Autant "Supermassive Black Hole" annonçait une tuerie, autant je suis encore en vie et à la limite du sommeil paisible. Muse, c'est devenu trop riche en choeurs, trop pauvre en mélodies. Clair que ça évoque Queen, mais le problème c'est qu'il n'y avait que Queen pour faire du Queen. Muse, ça fait parodie de Queen. Je dis ça après une première écoute, après tout j'ai fini par aimer 3 morceaux du précédent album, mais ça s'annonce mal.
Posté par mbfcs2, le 29.06.2006 à 00:00 [#3]
Comme dit le proverbe, "Muse, ça m'amuse".
Posté par mbfcs2, le 29.10.2006 à 00:00 [#4]
Alors sinon en plagiat flagrand de Queen, on a le nouveau My Chemical Romance, Black Parade. Là, y a pas photo mes amis.
Ajoutez votre prose ! (lâch t komm)
Nom :
E-mail (facultatif) :
Recopiez le prénom :
Votre commentaire :

 S'abonner au fil RSS des commentaires de cette page
Depuis le Juste Prix, je ne regarde plus TF1

© nazejournal.com, un site qu'il est bien.
Depuis le 10/04/2000. Déjà. Eh oui.
et aussi > Portfolio | le NazeBlog | à propos du NazeJournal | des nouvelles d'El_ChiCo
et des vieux trucs > Le studio | Euro2008 | TP131OnTheWeb